À égalité

L'État c'est moi se veut un jeu léger et amusant pour explorer les problématiques liées aux inégalités extrêmes. Nos recherches approfondies et notre travail auprès de communautés pauvres à travers le monde nous ont montré que les inégalités extrêmes sont un terrible obstacle dans la lutte contre la pauvreté.

Le fossé entre les riches et les pauvres se creuse de façon abyssale.

Saviez-vous qu'1 % de la population possède plus que le reste d'entre nous ensemble ? Aujourd'hui, 62 personnes possèdent autant que les 3,6 milliards de personnes les plus pauvres de la planète. Les riches deviennent de plus en plus riches, alors que des millions de pauvres n'ont pas ou peu accès à la nourriture, l'eau et un abri. Nous avons calculé que 200 millions de personnes supplémentaires basculeront dans l'extrême pauvreté d'ici à 2030 si rien n'est fait pour lutter contre les inégalités.

Du Ghana à l'Allemagne, de l'Italie à l'Indonésie, le fossé entre les riches et les pauvres ne cesse de se creuser. En 2013, sept personnes sur dix vivaient dans des pays où les inégalités étaient pires qu'il y a 30 ans. Les inégalités extrêmes gangrènent les politiques et freinent la croissance économique. Elles exacerbent les inégalités de genre et engendrent un ensemble de problèmes sociaux et sanitaires. Elles enrayent la mobilité sociale, maintiennent pendant des générations des familles dans la pauvreté, pendant que d'autres jouissent année après année de leurs privilèges. Les inégalités extrêmes alimentent la violence, les crimes et les conflits. Ces conséquences destructrices nous touchent toutes et tous, mais affectent en premier lieu les plus pauvres.

Les inégalités extrêmes menacent les progrès accomplis au cours des 20 dernières années dans la lutte contre la pauvreté. Mais cette situation n'est pas inévitable. Elle est le résultat de choix économiques et politiques. Il pourrait en être autrement.

La plupart des questions et situations proposées dans L’État c'est moi sont basées sur nos rapports « À égalité ! Il est temps de mettre fin aux inégalités extrêmes » et « Une économie au service des 1 % - Ou comment le pouvoir et les privilèges dans l'économie exacerbent les inégalités extrêmes et comment y mettre un terme ».

Dans ces rapports, Oxfam présente de nouvelles preuves que le fossé entre les riches et les pauvres se creusent plus que jamais et freine l'éradication de la pauvreté.

Si l'Inde mettait fin à l'accroissement des inégalités, 90 millions d'hommes et de femmes de plus pourraient sortir de l'extrême pauvreté d'ici à 2019.

Ces rapports examinent les causes des inégalités et explorent des solutions concrètes pour sortir de cette crise. A partir d'études de cas dans différents pays, ils démontrent l'impact que les inégalités croissantes ont sur les pays riches comme sur les pays pauvres. Ils analysent les différentes réponses que les populations et les gouvernements ont mises en place.

Le monde a pris conscience du fossé qui sépare les riches et le reste de la population de la planète, et exige dès à présent un monde plus juste.

Oxfam croit fermement que la lutte contre la pauvreté ne pourra être un succès qu'une fois les inégalités vaincues.